Tous les textes reçus feront l’objet d’une évaluation par les membres du comité de rédaction selon les critères suivants :

1. Qualité et clarté de la langue

Le niveau de langue employé dans les textes doit être adapté à un discours écrit de style soutenu, c’est-à-dire que les emplois linguistiques familiers propres au discours oral quotidien doivent être évités. Les textes présentant beaucoup d’erreurs syntaxiques seront refusés. Les propos du texte doivent être exprimés clairement et les phrases construites de manière à ce que les référents des expressions soient distinctement identifiés. Un texte présentant beaucoup de fautes d’orthographe sera retourné à son auteur avant d’être évalué, pour que celui-ci effectue les corrections requises.

2. Qualité et clarté de la structure argumentative du texte philosophique

Un texte soumis à Phares ne sera pas évalué du point de vue de la nature des propos qui y sont défendus, mais du point de vue de sa cohérence argumentative. Le problème abordé par l’auteur et la démarche suivie au fil du texte doivent être clairs. Le comité de rédaction se penchera sur la rigueur et la pertinence des considérations amenées par l’auteur et des arguments développés en regard du but du texte.

La revue Phares se consacre à la publication de textes d’analyse et d’essais philosophiques. Les textes appartenant à certains genres littéraires qui de prime abord ne peuvent pas être soumis au deuxième critère d’évaluation ne sont pas retenus.

En conséquence, Phares ne publie pas :

  • de comptes rendus d’ouvrages, mais les textes d’analyse (études critiques) sur un ouvrage sont bien entendu acceptés;
  • de textes poétiques et de fictions;
  • de textes d’opinion (de type éditorial) : un texte défendant une position philosophique devra l’étayer par des arguments philosophiques et justifier de manière argumentative les critiques formulées.

3. Accessibilité du propos

Phares souhaite publier des textes dont les propos seront accessibles à un lecteur possédant une connaissance de base des problèmes, concepts et auteurs jugés élémentaires en philosophie. Les textes ne doivent pas exiger du lecteur une connaissance spécialisée d’un certain auteur, domaine ou problématique pour être compris. Un texte faisant appel à des notions spécialisées doit donc prendre soin de les présenter de façon suffisamment complète pour que l’information fournie suffise à comprendre la suite du texte.